Ecriture

J’ai testé pour vous : Scribbook


scribbook-logo

Je vous parle enfin du logiciel d’écriture que je teste depuis quelques mois.

A vrai dire, je ne le teste plus, je l’ai adopté très vite. Parce que Scribbook a un avantage incomparable face à ses concurrents : c’est un outil en ligne.

L’article est très long mais rassurez-vous, il comporte de nombreuses captures d’écran 😉

Avant, j’utilisais ywriter qui me convenait d’une façon globale. Mais, il est installé sur mon PC fixe. Parfois, j’avais juste la flemme d’y aller, des fois, mes enfants travaillaient sur cet ordinateur (ou jouaient), du coup, j’écrivais sur mon portable. Dans un mail, un traitement de texte. Il me fallait après le récupérer sur le PC où est installé ywriter et copier ce que j’avais écrit. Même procédure si j’avais envie d’écrire sur ma pause déjeuner. Ca voulait dire toujours anticiper. Pour m’envoyer le fichier de travail, puis renvoyer la version modifiée.

Je vous laisse imaginer combien de bouts de mon roman traînent après deux ans de cette méthode. C’est devenu un vrai bordel disséminé un peu partout… Je ne parle même pas de la peur que mon ordi plante (mon portable approche de la décennie) et que je perde tout ce que j’ai dessus…

Quand j’ai vu passer sur Facebook un post sur un logiciel d’écriture en ligne, je me suis dit « chouette mais ça doit coûter une blinde » et puis j’ai regardé quand même (parce que je suis curieuse 😛 ). Donc déjà, Scribbook étant encore en plein développement et en version alpha, il est donc totalement gratuit. Une fois l’outil bien lancé, il y aura une formule d’abonnement (5 € par mois ou 50 € par an) tout en laissant une version gratuite avec moins de fonctionnalités. J’aime beaucoup l’idée de l’abonnement. Je pense à tous mes amis nanoteurs qui n’écrivent qu’un mois par an (pas tous bien sûr, beaucoup écrivent toute l’année ^^).

Tester un logiciel en alpha avec quelque chose d’aussi important que son texte qui est un peu l’équivalent d’un bébé pour les auteurs, ça peut ne pas être rassurant.

Sauf quand le développeur est lui aussi auteur et place la sécurité de nos textes avant tout (pour plus de précisions, je vous invite à consulter la FAQ disponible sur le site).

Une fois rassurée, je me suis lancée sur un nouveau projet, comme ça, pour voir. Et bien, j’ai trouvé ça formidable !

Du coup, je suis en train de rapatrier EPP? sur cette plateforme. A moi l’écriture où que je sois 🙂

Je vais maintenant entrer un peu plus dans les détails. Bien sûr, Scribbook est un traitement de texte avec tout ce qu’il faut (fonction chercher, remplacer, gras, italique, etc, insertion d’images, positionnement du texte, taille et police des caractères, etc.). C’est bien mais ce n’est pas pour ça que je vous conseille de vous jeter sur cet outil.

Je vais vous lister ce que j’aime particulièrement en plus du mode en ligne qui est en train de changer ma vie d’auteur :

  • Déjà, c’est un produit français. Cocorico mais pas que (même si à qualité égale, je privilégie toujours le produit français). Ça veut surtout dire que la documentation et les menus ne sont pas une mauvaise traduction et que le support est accessible sans avoir besoin de maîtriser une autre langue.
  • Le développeur est hyper réactif. Je l’ai contacté une fois car comme une cruche, j’essayais de m’identifier avec mon mail au lieu de mon nom d’utilisateur et non seulement il a été rapide à me répondre, mais aussi très aimable. Du coup, je n’ai pas eu peur de lui suggérer des améliorations. C’est l’avantage de l’alpha, on peut proposer, après, en fonction de la pertinence de la demande et du côté technique de la chose, il y a des chances que votre souhait se réalise. Je crois que depuis le début, je ne suis tombée que sur deux bugs mineurs, tout a été réglé très vite (vraiment très très vite). Je suis bien rassurée pour la suite de l’aventure.
  • Le logiciel est hyper intuitif, sa facilité de prise en main est déconcertante. Mon fils de 12 ans le maîtrise également sans problèmes. Créer, renommer, modifier, dupliquer, analyser, etc., tout se fait en deux clics.
clic droit
Zoom sur le menu qui s’ouvre d’un clic droit sur un fichier.
  • L’outil analyse de textes : d’un coup d’œil, vous avez une analyse qualitative et quantitative de votre texte. Je sais tout de suite si mes chapitres sont équilibrés (ils ne le sont pas sur la capture, mais c’est normal, je n’ai pas exclu toutes les versions antérieures pour l’instant).
analyse texte
L’analyse de la partie d’EPP? rapatriée sur Scribbook. Répartition du nombre de mots et de pages par chapitres + une analyse Lix (Le score obtenu est basé sur la longueur des phrases et le nombre de mots longs). La capture n’est pas très nette car j’ai du beaucoup dé-zoomé pour tout faire tenir sur le même écran 😉
  • Un autre outil bien sympa : le comparateur de textes. Dans mon exemple, j’ai deux versions du même fichier. En vert, tout ce qui est identique. D’un coup d’œil, je vois les modifications apportées à mon texte.

comparateur

  • Les options de couleur et d’exclusion. Comme je travaille en dupliquant mon fichier avant de modifier, je me retrouve avec pleins de versions. Scribbook me permet d’attribuer des couleurs (repère visuel dans le menu) et d’exclure ces anciennes versions de mes exports et de la compilation des fichiers (ainsi que des analyses et graphiques). Si j’exporte mon texte entier sur word par exemple, je n’aurai que ce que j’ai choisi. D’autres utiliseront sans doute ces options d’une autre façon, on reste très libre 😉
options
Les options, choix de la couleur et exclusion ou non des compilations, exports et analyse.
reperes visuels
Repères visuels
  • Avec mon fils, nous utilisons beaucoup le mode défi. Il suffit de choisir notre type d’objectif (mots, temps ou caractères) puis de sélectionner la quantité et c’est parti ! Je ne l’utilise pas encore pour EPP? car je suis en plein rapatriement, mais quand j’aurai fini et que je continuerai la correction, je pense utiliser le mode défi avec un objectif de temps (nous utilisons les mots avec mon loulou puisque nous sommes en phase d’écriture). Ce mode va encore être amélioré, il sera bientôt possible de lier un défi en auto à chaque scène à la création d’un projet (ex : le nano canvas aura un défi à chaque scène avec le nombre de mots qui va bien et qui s’ouvre quand on commence à écrire).
mode défi
Se place en haut à droite de l’écran. Disparaît de la vue en mode sans distraction mais un pop-up vient vous avertir que vous avez relevé le défi 😉
  • Les canvas ! Si pour EPP?, je n’ai pas eu besoin de canevas, pour le roman commencé avec mon fils, j’ai grandement apprécié celui de la méthode flocon. Nous sommes guidés, pas à pas, pour construire notre histoire. On part d’une simple idée, et nous arrivons à un plan construit. D’autres canvas existent, notamment un pour le Nanowrimo. Et ce n’est pas encore fini, Scribbook nous en prépare encore.
Méthode du flocon
Explication de la méthode flocon
Racontez vos personnages
Nous sommes guidés pas à pas (texte en italique).

 

  • Et le mode nuit qui vient d’être livré. Merci pour nos yeux, j’adore !
Mode nuit
Mode nuit plus doux pour les yeux.

J’aime encore d’autre choses avec Scribbook mais je vous laisse découvrir toutes ses qualités touts seuls, sinon, mon article n’en finirait pas 😉 (notamment pour les fanas de poésie avec Syllaber). Et je ne vous ai même pas parler du tableau de bord avec les stats… ne vous inquiétez pas, j’ai bientôt terminé, vous allez pouvoir vous inscrire pour tout voir 😉

Je vais conclure en parlant succinctement de certaines évolutions prévues du logiciel (en italique, copier-coller du site) :

  • Création de fiches lieux et personnages. Création de canvas réutilisables inter-projets pour élaborer facilement « votre » type de fiche.
exemple de fiche personnage
En attendant cette livraison, un exemple de fiche personnage est disponible. Il suffit de le dupliquer autant de fois que souhaité (oui je sais, il est vide sur cette capture, je n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper…).
  • Un mode semi-offline. Continuer de travailler sans pertes de données lorsque vous n’avez plus de réseau.
  • Portfolio documentaire. Ajout de liens, d’images, et de tous autres supports nécessaires à votre espace projet.
  • Un outil de création de plan. Un outil permettant de créer le projet par son plan, synopsis, etc… Puis d’y rattacher ses lieux et personnages.
  • Compagnon mobile. Un compagnon mobile multiplateforme permettant d’envoyer des photos, des notes, du texte à votre projet via répertoires partagés.
  • Timeline. Une frise chronologique permettant une vision d’ensemble de son action, ses scènes, etc…
  • Des raccourcis activables avec des options utilisateurs désactivables (tiret cadratin, ça parle à tout le monde ? ^^).
  • Un environnement sonore sur base de son (océan, oiseaux,…) et musique du domaine public (surtout classique ou culturelle) que l’on pourra lier à une scène par exemple pour automatiquement jouer une ambiance à l’ouverture de cette dernière.

Autant vous dire que j’ai hâte. Le logiciel me convient tel qu’il est, mais s’il continue de s’améliorer ainsi, il va vite devenir incontournable pour tous les auteurs.

Liens utiles :

Site de Scribbook

Sa page Facebook

Son twitter

scribbook-logo

Connaissiez-vous cet outil ?

Avez-vous envie de l’utiliser ?

Avez-vous des questions ? Si oui, j’y répondrai ou je demanderai au développeur de le faire 😉

 

interrogation

EDIT OCTOBRE 2017 :

Depuis mon article, Scribbook a beaucoup évolué (notamment refonte de la charte graphique, le mode semi-offline, le mode carte que j’adore ❤ ).
En attendant que je mette mon article à jour ou que j’en écrive un nouveau, je vous invite à découvrir le test récent de l’excellent blog Mécanismes d’histoires ICI 😉

 

 

Publicités

62 réflexions au sujet de « J’ai testé pour vous : Scribbook »

  1. Merci de partager cette découverte. Juste une question, j’aurais aimé savoir qui a créé ce logiciel/plateforme. C’est toujours sympa de savoir d’où vient l’idée, qui est l’équipe, bref un peu son historique. Tu as des infos sur eux où tu sais où on peut en trouver ? Je relaie ton article demain dans mon Magazine : Le Mag des Indés. Merci et bonne continuation.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,

      Je me présente donc : Jonathan KALFA, seul et unique membre de l’équipe.
      Je suis actuellement développeur, chef de projet et chef d’équipe dans une société qui délivre des services financiers (donc rien à voir ^^). Écrivain amateur, je n’ai pas trouvé l’outil adéquate pour assouvir ma marotte. Aussi, retroussant mes manches soirs et week-ends, je développe ce logiciel en dehors (pour le moment) de mon cadre professionnel. Peut être qu’un jour je pourrai en vivre (l’espoir, toujours l’espoir)…

      Pour la petite histoire :
      Au début je devais faire un jeu basé sur l’écriture de haïku (oui, on part de loin). Pour ce faire, j’ai commencé à développer mon premier outil littéraire : Syllaber le découpeur/compteur de syllabes respectant les règles de la poésie française. Je voulais m’en servir pour fixer les règles des Haïkus. Vous pouvez d’ailleurs trouver cet outil en dehors de Scribbook sur mon autre site jokabox.com.

      Entre temps, j’ai accéléré sur mes projets d’écriture avec le MOOC Draftquest et, voulant réécrire une partie de mon texte principal j’ai voulu m’installer Scrivener au travail… Sauf que je n’ai pas pu : il faut être administrateur de son poste pour l’installer !

      Du coup, je savais avec Syllaber que je pouvais créer mes propres outils et je ne me retrouvais pas dans les autres outils en lignes existants (surtout anglais en fait). Je me suis dis que peut être je ne devais pas être le seul dans mon cas… Et ayant les compétences… Je m’y suis mis !

      Jonathan K.

      Aimé par 4 people

      1. Merci Chris pour ta visite et pour le relais 🙂
        Le plus simple pour te répondre était de faire intervenir Jonathan (quand je dis qu’il est réactif ^^) que je remercie pour sa réponse très complète.

        J'aime

      2. Merci Jonathan pour ce petit historique. Je vais relayer tes infos dans le Mag des indés, magazine que j’ai fondé il y a deux ans et qui rassemble initiatives, outils et actuallité des auteurs, auteurs indépendants et de l’autoédition. Si tu me permets de reprendre ta présentation dans le Magazine, je le ferai. C’est vrai que les logiciels d’écriture sont tous en anglais. J’utilise Scrivener, mais je pense que beaucoup d’auteurs qui n’ont pas fait le pas des logiciels anglophones (pour des raisons linguistiques (même si aujourd’hui scrivener est en aprtie en Français) seront intéressés par ton logiciel. C’est une fabuleuse création et initiative, Jonathan. Merci.

        Aimé par 1 personne

            1. Et ton Mag est super Chris, je l’ai consulté à plusieurs reprises, c’est une mine d’informations 🙂

              Le twitter de Scribbook est @scribbook, je ne sais pas si Jonathan a d’autres comptes par contre.
              Du reste, je vais éditer mon article pour mettre les liens FB & twitter 😉

              J'aime

                1. Au passage n’hésite pas si tu as besoin d’information complémentaire à me contacter via Twitter ou FB… Idem pour me communiquer une URL si tu parle de Scribbook 🙂 comme ça je relais.
                  Bon we,
                  Jok

                  Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cet article bien complet. J’avais déjà entendu parler de ce logiciel, mais en termes tellement vagues que ça ne m’avait pas accrochée plus que ça. Oui, peut-être, si j’ai le temps… Autant dire jamais ! Bref, après lecture de ton p’tit topo, je vais vraiment aller jeter un œil de plus près.
    Merci, bisous et bon week-end

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que comme il est nouveau, il y a encore peu d’utilisateurs pour relayer leurs ressentis par rapport à d’autres logiciels.
      D’où l’article 🙂
      Heureuse qu’il t’ai donné envie de tester 🙂
      Merci à toi pour ton commentaire
      Bisous

      J'aime

    1. La grande différence je pense (je n’ai utilisé qu’une ou deux fois Scrivener donc je le connais mal) est le mode on-line. D’où l’abonnement comme pour beaucoup de produits avec hébergement.
      Après, c’est sûr que si on l’utilise plus de 10 mois par an sur plusieurs années, le prix sera plus élevé que des logiciels installés en dur.

      J’ai quand même testé, sachant qu’il existera une version gratuite et qu’en fonction de son rythme d’écriture, on peut ne payer que pour quelques mois.

      C’est sûr que si tu n’y trouves pas plus d’avantages qu’à Scrivener, ce n’est pas la peine de changer 😉

      Perso, le fait d’écrire « en ligne » est un tel bouleversement positif dans ma façon d’écrire que 5 € par mois en vaut le coût. 🙂

      A chacun de décider en fonction de ses besoins, c’est en tout cas bien de savoir qu’il existe.

      J'aime

      1. Exactement !
        De plus le fait d’avoir du en ligne oblige le développeur (moi) à investir dans l’hébergement contrairement à un logiciel fixe (pour le moment j’utilise un hébergement simple mutualisé, vu que scribbook me coute et ne me rapporte rien. A terme j’investirais dans du costaux avec un cout mensuel important).

        Enfin j’espère à terme me différencier assez de scrivener pour que l’abonnement donne envie. Ex : le compagnon mobile qui permettra à vos notes ou photo d’attérir directement dans votre espace scribbook.

        Bon we

        Aimé par 1 personne

  3. Eh bien, je crois que je vais me laisser tenter ! Je suis ravie de découvrir les fonctionnalités de ce logiciel qui semble répondre à tous les critères que je désespérais de trouver un jour !
    Merci pour ton article ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Environnement sonore? C’est une super idée ^-^ oui il y a plein de fonctionnalités tentantes merci pour cet article détaillé.
    Je pense rester sous google doc car il y a deux fonctionnalités dont j’ai besoin plus que tout et qui semblent manquantes:
    – le mode offline pur car j’écris majoritairement dans le train
    – la création de son propre canvas. J’ai par exemple créé mes propres fiches de personnage inspirées de la méthode flocon et d’autres. ..
    Mais tout le reste est très tentant ^-^
    Bonne chance à toi pour tes projets sur cet outil puissant!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Ghaan 🙂
      C’est sûr que pour toi, l’avantage on-line se transforme en inconvénient 😦
      Merci, j’ai presque fini de tout rapatrier, le plus long est de tout retrouver un peu partout…
      En tout cas, je n’ai plus d’excuse pour ne pas écrire 😛

      J'aime

    2. Bonjour,

      Merci pour ce retour.
      – le mode offline pur car j’écris majoritairement dans le train
      ===> Je travaille sur une version semi-offline, c’est à dire l’obligatoire de se connecter pour s’identifier et après plus besoin de la connexion (tant qu’on travaille sur le même projet). C’est pas parfait hun 🙂 Mais google docs aussi a besoin qu’on se synchronise sinon tout ce que vous avez fait dans le train n’est pas récupérable sur un autre ordi 🙂

      – la création de son propre canvas. J’ai par exemple créé mes propres fiches de personnage inspirées de la méthode flocon et d’autres. ..
      ===> c’est déjà possible pour les projets. Dans scribbook vous pouvez très bien créer un projet modèle et le dupliquer à l’infinie.
      ===> A venir : des fiches personnages avec templates personnalisable (transverse à vos projets)

      Au plaisir de vous lire,

      Jonathan

      Aimé par 1 personne

    1. De rien, merci d’avoir lu et de commenter 🙂

      Pour la sécurité, je te fais un copier-coller de la FAQ qui me rassure totalement pour ma part 🙂

      « Pour les échanges entre client et serveur nous sommes en HTTPS complet avec un vrai certificat (et non un autosigné) et l’hébergeur n’est pas un hébergeur low cost.

      Vos textes (uniquement les textes, pas les titres ou les synopsis par exemple) sont chiffrés en base de données (contrairement à beaucoup de concurrents) ! Ainsi, si jamais quelqu’un récupérait la base de données, vos textes ne sont pas accessibles (ou pas accessibles aisément en tout cas).Durant l’alpha et la beta, Scribbook sauvegarde aussi une copie de sécurité en clair au cas où un problème avec le chiffrement surviendrait.

      La base de données est sauvegardée en local au serveur tous les jours à 1h00 du matin avec 10 jours d’historique conservé. Une seconde sauvegarde est effectuée chaque nuit et envoyée sur un autre hébergement distant pour redondance. »

      Après, je peux comprendre qu’on ne soit pas rassuré.
      Depuis quelques années, je travaille de plus en plus sur des logiciels en ligne (dans mon taf), je me dis que si mon ministère l’autorise et vu les données confidentielles présentes (marchés, données budgétaires & comptables, données RH, etc.), ça doit être quand même sécurisé.

      Et vu le nombre de textes accessibles facilement ailleurs (Wattpad, forum, etc), pourquoi se casser le cul avec des trucs chiffrés ? 😉

      J'aime

      1. Voilà, Cindy a parfaitement répondu.
        De plus de nos jours vous avez autant de chance de vous faire pirater votre pc individuel via votre accès Web qu’un site en ligne et encore les hébergeur protège bien leur bb.

        Aimé par 1 personne

  5. Cet outil a l’air formidable. Je n’ose pas travailler en ligne, ma connexion est bien trop mauvaise, j’ai sans arrêt des micro-coupures (quand ce ne sont pas des méga-coupures !). Pour autant, je vais m’inscrire et explorer tout ça. Merci pour ce partage Cindy.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Jeanne. J’ai la chance de ne pas connaître les coupures donc je ne dis rien pour ne pas dire de bêtises ! En tout cas, c’est pas de chance, ça doit être bien pénible.
      Jonathan te répondra sûrement sur ce point 😉

      J'aime

      1. Je vais essayer de rendre scribbook résistant aux coupures réseau via le futur mode offline. Si perte de réseau, sauvegarde locale puis post synchronisation lorsque le réseau est de retour. C’est dans la Todo list. Jonathan

        Aimé par 1 personne

  6. Coucou ! Merci pour cet article 🙂
    Par contre, je suis quand même complètement paumée ^^’ Et il veut pas sauvegarder ce que j’y mets… Je sais pas pourquoi 😦 Du coup je sais rien faire.
    Depuis que je l’ai ouvert ça arrête pas de faire buguer mon ordi…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,

      Deux causes possibles :
      – Safari (pour le moment il existe une incompatibilité avec la sauvegarde… je n’ai pas de Mac pour corriger). N’hésitez pas à utiliser Firefox ou Chrome (même sur Ipad), ca fonctionne plutôt bien.
      – Scribbook n’aime pas les onglets privées (car il ne peut pas sauvegarder en local et sécuriser la sauvegarde).

      Jonathan

      Aimé par 2 people

      1. Merci Aur pour ton retour qui nous permet d’avoir une explication rapide de Jonathan (peut-être d’autres sont-ils dans le même cas que toi).
        J’espère que ça va marcher, il vaut vraiment le coup d’après moi !

        Au pire, on se fera des défis quotidien toutes les deux si tu veux 😉

        Aimé par 1 personne

  7. Un logiciel très intéressant je pense. Mais pas dans mon cas. J’ai l’habitude de ne rien sauvegarder sur mon PC mais sur plusieurs supports. Et surtout, je suis une inconditionnelle du papier. J’ai toujours mon grand cahier dédié du moment avec un stylo.
    Pour ceux qui préfèrent aller directement sur le numérique sans s’encombrer de multiples supports de sauvegarde comme moi, c’est un bon investissement. Cependant gardez quand même vos productions sur une clé à part. Les serveurs ne sont pas infaillibles non plus. C’est pour cela qu’on continue à garder les archives en format papier😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire Voyageusedesmots 🙂

      J’admire toujours celles et ceux qui écrivent sur papier, j’ai déjà fait lors de write-in pour le Nano quand ma fille monopolisait mon ordinateur et très vite, mon poignet criait au supplice. Sans compter que je suis une flemmarde de première et que je n’ai jamais eu le courage de retaper ces scènes à l’ordinateur…

      Garder une sauvegarde est un bon conseil, d’autant que sur Scribbook (et les autres logiciels aussi je suppose), il est très facile d’importer son document 🙂

      J'aime

  8. Bonjour,
    je viens de m’inscrire sur Scribook. En effet, il est sympas et facile d’utilisation (je ne sais toujours pas où est le son). Surtout l’insertion de la méthode « du flocon de neige » que j’ai découvert sur le site d’Espaces Comprises. Je crois bien que je vais l’adopter…. Merci pour cette découverte.

    Aimé par 1 personne

  9. Cindy, merci pour la présentation! Je suis en train d’essayer et pour le moment je trouve l’outil super.
    Jonathan, je suis développeur au Canada, et laisse moi te féliciter pour ton travail. Il me semble que ton approche est très bonne, focalisée sur le besoin, avec un « business plan » solide sans être axé sur la rentabilité à tout prix. Good luck!

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,

      Un grand merci pour ton message. La focalisation sur le besoin est naturel dans le sens ou je m’en sers moi même pour écrire ^^. Après je sais que l’outil n’est pas parfait mais j’y travaille dès que j’ai un moment ! (il manque aussi des vidéos de présentation… Je me suis rendu compte que les utilisateurs ne connaissaient jamais l’intégralité des fonctionnalités et la faute m’en revient :-))

      Après pour la rentabilité… Effectivement elle est négative pour le moment. J’espère juste que le jour ou je mettrai un abonnement pour des fonctionnalités « en plus », les gens se souviendront que je les ai écouté et que je n’ai pas mis de pub :-).

      A bientôt,

      Jonathan

      J'aime

  10. Pour information, depuis mon article, Scribbook a beaucoup évolué (notamment refonte de la charte graphique, le mode semi-offline, le mode carte que j’adore ❤ ).
    En attendant que je mette mon article à jour ou que j’en écrive un nouveau, je vous invite à découvrir le test récent de l’excellent blog Mécanismes d’histoires : http://www.mecanismes-dhistoires.fr/studio-decriture-ligne-efficace-avis-scribbook/

    A tester pendant le NaNo peut-être ? 😉

    J'aime

    1. Bonjour Jonathan, il y a quatre jours, j’ai décidé d’essayer scribbook, je suis ¨géolocalisé dans les iles d’Amérique. Pour tout dire, j’ai été enchanté de faire les premiers test. En comparaison à beaucoup d’autres applis du même type, j’ai eu une souplesse d’utilisation d’un excellent niveau.
      Aujourd’hui, je n’arrive pas à me connecter à scribbook, j’ai insisté durant 5 heures, il y a t-il un bugg?
      Tout en sachant que l’expérimentation est en cours.
      Peux-tu me rassurer, et me donner la procédure pour retrouver mon compte. J’insiste aussi sur le fait d’apporter ma contribution, et de la manière la plus objective, car tu n’en parles pas pour l’instant de l’abonnement.
      Merci pour une réponse.

      J'aime

      1. Bonjour Louison,
        Non pas de bug mais un problème national français avec un relais réseau connu dont se sert mon hebergeur malheureusement.

        Tu n’a rien perdu. Tout est sauvé sur un serveur distant chaque nuit quoiqu’il arrive.

        Si tu as fb tu peux suivre la page de l’application pour les nouvelles. Voir nous rejoindre sur le groupe d’entraide des autres de scribbook (dans le projet quand ça revient, aide, fb groupe).

        Merci pour la proposition d’aide et effectivement je parle d’abonnement mais c’est pas pour tout de suite 🙂

        Amicalement,

        Jonathan

        J'aime

  11. Bonjour et merci pour cet article ! J’utilise actuellement un mélange de Word/Scrivener pour mes romans, et Evernote/Scrivener pour mes billets de blog, je suis très intriguée par ce logiciel qui a l’air de cumuler beaucoup de qualités.
    Je vais aller y jeter un oeil 🙂

    J'aime

Pour laisser un commentaire, c'est ici. Merci d'avance, chaque message m'aide à avancer.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s